« C’est dans les réserves de la Bibliothèque Royale de Bruxelles que se trouve l’unique exemplaire imprimé des 12 Fantaisies pour flûte seule de Telemann. (…) Ces Fantaisies enrichissent considérablement le maigre corpus baroque d’oeuvres pour flûte sans basse, aux côtés de deux autres joyaux, la Partita de J.S. Bach et la Sonate en la mineur de C. P. E. Bach. Organisé par tonalités (les 12 plus naturelles à l’instrument), montant progressivement du ton de LA à celui de SOL, un tel cycle pour flûte seule est unique au répertoire. (…) Ayant chacune leur propre climat, ces fantaisies sont des miniatures qui enchaînent 3 ou 4 mouvements de même ton. Elles ont en commun la concision, la brièveté des formes et l’alternance rapide de leurs mouvements. Telemann joue sur les effets de contraste et de surprise par l’alternance de caractères et de tempi opposés.

La forme ouverte de la fantaisie offre au compositeur un champ idéal de liberté et d’expression de son imagination inépuisable. Acteur fervent de la réunion des goûts allemand, italien, français et polonais, Telemann couvre tous les genres, les styles nationaux et les styles d’écriture de son temps. 

François Lazarevitch